Échecs 2.0, Variante d’une société Contemporaine

2008, Objet, Photographie 2008

Description : Jeux d’échec, Photographie argentique – Impression, Encadrement chênes
Dimensions : tirage photo 80/80cm – 30/40cm
Exemplaires : Pièce unique

Logique de variation

Les couleurs blanche et noir, sont les composantes des échecs et du yin&yang
Aux échecs Le Roy est l’objet qui anime le jeu tel le point noir dans le blanc et le point blanc dans le noir pour le yin&yang.

La société, l’inconscient collectif et le jeu d’échecs

L’homme dans la société a toujours été en position dominante, mais influencé et guidé par la femme.
Aux échecs la puissance du Roy est diamétralement opposée a celle qu’il tient dans la société, mais sa position est centrale dans le jeu.

La place de la femme dans la société est d’apparence faible, mais dans l’ombre elle exerce une grande influence.
Aux échecs la Reine est toute puissante, mais souvent sacrifiée.

L’émancipation de la femme dans la société, amène une certaine équité homme-femme, et équilibre, voire inverse les tendances passées.

La femme cherchant à devenir dominante se retrouve alors sous l’influence de l’homme passé dans son ombre.
La femme est le point vital de l’évolution et de la pérennité de l’espèce humaine, si tant est qu’elle ne cède sa place à son insu, remplacée par la machine allié d’un système.
Il lui revient donc aux échecs de prendre la nouvelle place qu’elle tient dans la société.

La Reine échange donc sa puissance avec celle du Roy, et devient l’objet du jeu.

En relation au yin&yang ce qui anime le jeu doit se situer dans son contraire.
Elle passe donc dans le camp adverse.
Le but du jeu n’est plus la capture du Roy, mais la délivrance de sa Reine.

La Reine devait toujours être sur sa couleur, le Roi n’y déroge donc pas.
Le Roy et la Reine se retrouvent alors chacun sur leur couleur.

La Reine mise en échec, soutenue par sa couleur, est donc en position de se libérer ou d’attaquer de l’intérieur, donc la position échec doit comme à son habitude être signalée et la Reine déplacée ou protégée par ses détenteurs.


Placements et déplacements.


Les tours
Les tours sont placées aux côtés du Roi et de la Reine tel un donjon, afin qu’il n’y ait plus de double déplacement de pièces.
Le Roque a été introduit aux environs du XVIIIeme siècle.
La Reine
Le déplacement de la Reine est d’une seule case autour de sa position.
Elle peut cependant passer au dessus de la tour dans l’axe de déplacement de celle-ci et à n’importe quel moment si elles sont juxtaposées.

Les fous
Les fous sont alors positionnés dans les angles en diagonale suivant leur logique de déplacement.